Régime d’urgence

Image à la une: LesObservateurs.France24

images.duckduckgo.com

PREMIER ROUND:

Premier bilan, catastrophique…

Le gouvernement de France a décrété l’état d’urgence. Cette mesure donne permission à l’État de transgresser des libertés publiques et des droits communs individuels ou collectifs sans ordonnance juridique spécifique, ainsi qu’un rétablissement du contrôle aux frontières. Toutefois, la loi française étant soumise au droit européen, le ministère de l’Intérieur a eu la courtoisie de prévenir le Conseil de l’Europe qu’il projetait d’enfreindre les droit de l’Homme.

La loi initiale 55-385 du 3 avril 1955, liée à la guerre d’Algérie, prévoyait une durée maximale de deux semaines à cet état d’exception qu’est l’état d’urgence, admis par l’article 16 de la Constitution de 1958. Réécrite au lendemain des récents attentats à Paris, la loi permet aujourd’hui de prolonger l’état d’urgence à trois mois à travers la France et les Dom-Tom.

Cette réécriture ne soulève pas de tollé médiatique, pas un mois n’a passé que les journalistes mainstream en envisagent déjà la reconductibilité – en remarquant toutefois la brutalité de son application. Les premiers sondages de l’ombre apparaissent… Et l’évidence est indéniable: les attentats ont été utilisés pour justifier l’autoritarisme croissant du régime dictatorial français.

Jour après jour, les décisions comme les fouilles corporelles en maternelle, le durcissement des mesures d’assignation à résidence ou l’autorisation du port d’arme des policiers et des gendarmes pendant leur temps libre en civil, inquiètent certains citoyens non-armés pour leur propre sécurité, bien qu’ils ne projettent de participer à aucun acte de terrorisme. À Paris, les nombreuses critiques à l’encontre de la préfecture de police sont majoritairement ignorées par les médias. Et les mesures futures envisagées sont terrifiantes…

Le vrai visage de l’état policier est apparu avec le weekend de la COP21, lorsque les manifestations prévues de par la Résistance ont été interdites et que des militants écologistes ont été assignés à résidence pour les empêcher d’y participer. La contestation gronde –  Vidéo: appel à braver l’état d’urgence. Quelques rassemblements sont maintenues malgré tout le 29 novembre (veille de la COP21); à Paris, 300 militants sont mis en garde à vue (à noter que collectif Anonymous protestera en publiant des comptes privés de participants à la COP21, mais comme d’habitude cette publication n’aura que peu de répercussions, hormis le renforcement de la sécurité informatique de l’ONU). Comme toujours, des grands médias accusent les manifestants de violence mais de nombreux témoignages [1] [2] [3] et reportages les contredisent en images.

Rappelons que la police n’a pas attendu l’état d’urgence pour provoquer l’échauffourée lors de manifestations, et que la marche la plus violente que les rues de France aient connu ces dernières années a été organisée en protestation contre les brutalités policières, après la mort du jeune militant écologiste Rémi Fraisse, tué par des policiers. Et aujourd’hui au nom d’une attaque jihadiste des centaines de partisans ou sympathisants écologistes sont victimes de pressions policières [1] [2] [3] [4] [5]  … D’autres manifestations, moins médiatisées, sont l’occasion d’un défoulement policier ahurissant… et la guerre aux écologistes s’étend et dure. [1] [2]

Cette pseudo « guerre contre le terrorisme » cible aussi brutalement les musulmans de France, particulièrement s’ils sont militants (mais aussi sur simple dénonciation ou suspicion de radicalisation). Les raids sont brutaux et ne sont plus restreints par les mandats juridiques. ( VIDÉO Courrier International: « C’est comment d’être jeune français et musulman sous l’état d’urgence? »). Beaucoup vivent ces mesures comme une islamophobie d’État assumée et sont démunis devant l’amalgame « musulman = terroriste » fait par une partie de la population et des autorités. VIDÉO: L’association humanitaire militante Baraka City, elle-même perquisitionnée, publie un florilège de témoignages des premières victimes de l’état d’urgence. Les témoignages de brutalités policières se multiplient [1] [2] [3] [4] [5] … les perquisitions/raids (pour l’immense majorité sans suites judiciaires) se comptent déjà par milliers, des centaines de personnes sont assignées à résidence sans motif légal [1] [2]… Une véritable entreprise de désunion, vouée à aggraver la désolidarisation de notre société et à pousser une partie des français à se retrancher dans un communautarisme de plus en plus imperméable.

Notons enfin qu’avec l’état d’urgence, les difficultés des personnes en situation précaire ou instable ne peuvent que s’aggraver… Migrants

Dans un billet tristounet sur l’état d’urgence, Frédéric Lordon écrit pour le Diplo: « Il est des parties du corps collectif qui ne veulent plus de ce destin d’impuissance. La seule solution de réveil du corps entier, c’est la leur. D’abord faire savoir dans l’espace public que non. Ensuite tenir le registre des exactions de l’état d’exception, leur donner par la narration détaillée une force affectante que jamais n’auront les abstractions de la dénonciation… »

La Quadrature du Net travaille elle aussi à ce registre en tenant un recensement des action perpétrées au nom de l’état d’urgence.

Pour finir cette première étape, un peu de nostalgie avec le doux souvenir d’une police pré-état d’urgence mieux régulée:

 

SECOND ROUND:

C’est parti! Comme prévenu plus haut, Hollande demande la prolongation de l’état d’urgence. Officiellement, pour trois autres mois, mais le premier ministre a prévenu qu’il durera au moins une génération, car il souhaite une guerre mondiale durable (véridique!). Une nouvelle salve de manifestations se prépare pour le 30 janvier (les rendez-vous)… Alors qu’enfin la première des nombreuses assignations à résidence arbitraires a été déboutée et condamnée par le conseil d’État:

Publicités

Une réflexion sur “ Régime d’urgence ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s