Archives pour la catégorie Laïcisme

Médine spiritualise le politique

 

Un an après la polémique « Don’t laïk », une nouvelle respectabilité décernée par la une du New York Times vaut à Médine de refaire un peu de presse Française:

Paris Normandie: « Médine rappeur social »

Arrêt sur Images: « Avec Medine, le rap français historiquement politisé est maintenant spiritualisé« , « Je suis un cocktail de Tariq Ramadan, Brassens et Plenel »

Courrier International: « Les rappeurs investissent le débat sur la laïcité »

Normandie Actu: « Le mal-aimé des médias français se confie au Times »

Revue Ballast: « Faire cause commune »

 

 

 

 

Une laïcité pas assez laïque

« Motif du courroux de Manuel Valls? La signature par les deux hommes d’un texte publié après les attentats du 13 novembre « pour condamner le terrorisme ». Cet appel, baptisé « Nous sommes unis« , a également été approuvé par des organisations dont le Premier ministre considère qu’elles participent à un « climat nauséabond », car animées par des militants réputés proches des Frères musulmans. « L’observatoire de la laïcité de Jean-Louis Bianco a dépassé des lignes et je le rappellerai à chacun », a sévèrement taclé Manuel Valls… » (Article L’Express)

Au même moment, cet article Libé va un peu plus loin, en citant quelques noms (Madstick a rajouté les liens):

« [À propos des signataires contestés de la pétition consensuelle:] Yasser Louati et Samy Debbah (Collectif contre l’islamophobie en France), Radia Bakkouch (association Coexister), Nabil Ennasri (Collectif des musulmans de France) et le rappeur Médine. Tous formeraient, selon ce texte, «les représentants les plus virulents de l’islam politique»(…) [À propos des détracteurs principaux de la ligne choisie par l’Observatoire de la Laïcité:] Françoise Laborde et le député PS Jean Glavany [voir aussi…] (…) soutenus sur les réseaux sociaux par une poignée de relais influents (les journalistes Caroline Fourest et Mohamed Sifaoui), ils éreintent régulièrement Bianco… »

Le service public s’est alors saisi de cette polémique comme si cette querelle politique était à l’origine d’un débat sur le laïcisme forcené de certaines institutions privées et publiques de France. France Culture réduit le débat à une dispute bipolaire, un duel entre deux « conceptions » de la laïcité qui « agréeraient » mieux à l’un ou l’autre des deux partis pris… Il publient même une deuxième partie (vide), peut-être par souci de symétrie, ou de « dichotomisation » aggravée ? Aha!